mercredi 14 février 2018

Si tu Louvre, Gombrowicz te la ferme !




   Mon polémiste chéri, d'une époque qui exigeait de l’esprit et du talent pour dénigrer. Aujourd'hui il suffit d'une caméra et/ou d'un micro...






dimanche 14 janvier 2018

La fin d'un monde




   Il est plus facile pour Personne de Disparaitre. Et c'est la fin d'un monde que je vous annonce : Parce que, peut-être, en ai-je fini de mon défi de conteur solitaire et hebdomadaire. D'ailleurs voici le lien vers la dernière histoire d'une année de travail : clique-moi. Or donc ce n'est pas tout. C'est aussi un peu la fin de ce blog, après cinq années d’expérimentations, je cesse ma folle ubiquité sur ces Mythes et Chansons de Nulle Part... Je ne reviendrai que pour déposer quelques fleurs et surtout les liens vers mes films et musiques. Alors Adieu et... à bientôt !





 

samedi 23 décembre 2017

Deck for Maria - Trance of Life




   Maria, tu ne seras ni née, ni renée en vain, car personne te dédie ses bizarreries sonores, pour le meilleur et pour le couvert et pour le vivre. Amen.







samedi 16 décembre 2017

Le savoir-revivre




   Quelques échos d'avant la résurrection. Mitonnés sur mes circuits électroniques. L’âme en miettes et la chair désœuvrée. En attendant Métropolis. C'est ici :






samedi 9 décembre 2017

De passage




   2017 sera bientôt du passé. J’espère donc arriver au terme de mon défi insensé. 2017 sera bientôt oublié. Je travaillerai alors á mon prochain défi. Adieu les petites histoires chaque semaine pour entretenir les zygomatiques des âmes errantes. C'était devenu bien ardu... Pour les curieux, avec une semaine de retard, voici l'histoire des passeurs. Clic et lis...


 Le passager Salvador pâlit...





 

vendredi 17 novembre 2017

Dormir plutot que vivre




   Je te salue, Charles, toi qui nous guida vers des limbes plus vivantes que nos vies. Dormir plutôt que vivre, et tout était dit. Alors j'y suis allé de ma flânerie hebdomadaire. C'est après les deux points : Clic Clac Do Do ... Amen !





mercredi 11 octobre 2017

BeBop Be Back !




   Que nenni que le BeBop n'est point occis par l'oversédimentation des pops musics et autres artefacts de producteurs gloutoneux. Il vit, le BeBop, il brille,  le BeBop, il sublime, le BeBop, avec cette formation au sommet que je vous ai Personnellement présentée depuis quelques temps naguère, n'est-ce pas ?